body mind L’esprit habite tout le corps. Le cerveau seul ne gère pas l’ensemble des fonctions d’un organisme. Des processus cognitifs, avec des mécanismes spécifiques de saisie, de traitement et de restitution d’informations, sont à l’œuvre à différents niveaux d’organisation. Ces processus sont plus ou moins cloisonnés et autonomes mais non indépendants les uns des autres. Ils fonctionnent pour l’essentiel sans que les individus en aient conscience. Les métabolismes liés à l’assimilation de la nourriture ou le système immunitaire en sont des exemples. Ce ne sont pas de simples machines fonctionnant entièrement de manière déterministe, ils possèdent certaines caractéristiques de l’intelligence : apprentissage et libre arbitre. Leur mode d’action s’exerce à travers des processus chimiques et hormonaux qui sont des transmetteurs d’informations. Des formes de conscience émergent des centaines de milliards d’interactions entre des milliards d’éléments tels que les neurones au niveau du cerveau ou des molécules au niveau cellulaire. Il existe des niveaux inférieurs, intermédiaires et supérieurs aux cellules et aux organismes en termes de tailles et d’organisations. Les systèmes cognitifs sont imbriqués les uns dans les autres. Ils se justifient les uns par rapport aux autres. Ils se co-développent. Les uns ne pourraient exister sans les autres. Ils entretiennent des rapports complexes du local au global des différents niveaux d’organisation. Par extrapolation du fonctionnement du cerveau, on pourrait conjecturer que les systèmes cognitifs procèdent de trois fonctionnalités essentielles : les mécanismes physico-chimiques, la raison et l’empathie. Il est remarquable que des mécanismes physico-chimiques puissent faire émerger des réalités virtuelles de représentation de leur environnement, basée sur la raison et l’empathie. Un système cognitif crée des modèles abstraits, s’appuyant sur des langages, qui fonctionnent semblablement à la matière. Ces représentations semblent toutefois toujours incomplètes et partielles. Il n’y a pas de raison a priori qu’un objet virtuel fonctionne exactement comme l’objet réel qu’il représente. Les composantes des systèmes cognitifs peuvent se résumer par les trois C (Corps, Cerveau, Cœur) qui sont des métaphores de la matière, de la raison et du désir ou encore du corps, de l’esprit et de l’âme. Ces trois instances interviennent dans la communication entre les niveaux cognitifs. Le développement du corps et du mental est tributaire du bon fonctionnement des mécanismes physiologiques et des rapports raisonnables et désirant entre la conscience, le corps et l’environnement social. Ce dernier constitue également un système cognitif en soi. Le débat philosophique et métaphysique sur les natures respectives du corps, de l’esprit et de l’âme est sans fin. Je conjecture qu’aucun des trois n’existe sans les deux autres à tous les niveaux d’organisation de la matière, des atomes jusqu’aux galaxies. L’homme, selon Blaise Pascal (1623-1662), est perdu au milieu d’infinis petits et grands. Sa conscience navigue aussi au milieu des consciences infinies reparties dans l’univers proche et lointain. La raison de la science et l’empathie de la spiritualité permettent peut-être de trouver une harmonie avec le cosmos qui plonge ses racines en nous.

CHY 24 août 2009

Publicités